Quand les marques soignent le parfum d’ambiance
Quand les marques soignent le parfum d’ambiance
janvier 19, 2017
Prix Jeune Entrepreneur
Prix Jeune Entrepreneur catégorie « nouveaux services », organisé par La Tribune et BNP Paribas
avril 4, 2017
Marketing olfactif-pltje-2017-toulouse
Article de www.latribune.fr
pltje-2017-toulouse
Capteurs pour apiculteurs, marketing olfactif, manga français, implants chirurgicaux en 3D sur-mesure, robots de désherbage et « cubes » d’hébergement d’urgence… Les vainqueurs de la région Centre-Sud pour le Prix La Tribune Jeune Entrepreneur 2017 ont bluffé le jury, mardi 24 janvier à Toulouse. Ces entrepreneurs ambitieux aux idées originales représenteront leur région lors de la finale, qui se tiendra à Paris le 7 mars.

La barre était déjà haute depuis l’édition précédente, mais le jury fut unanime : le cru 2017 du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur dans la région Centre-Sud fut le meilleur à ce jour. Mardi 24 janvier, une quinzaine de startups ont défilé devant des professionnels de BNP Paribas, EDF Entreprises, AG2R La Mondiale, Audecia et La Tribune, pour pitcher leur projet. Les membres du jury furent épatés par leur créativité, leur dynamisme et la solidité de leur business. Ravis de constater la vitalité de l’écosystème d’innovation du Midi, ils eurent, du coup, à réaliser des choix difficiles.

Dans la catégorie Green Business, Christian Lubat, 39 ans, a arraché les faveurs du jury avec sa startup Siconsult. Spécialisée dans l’Internet des objets, l’entreprise commercialise BeeGuard, un système complet destiné aux apiculteurs, pour le suivi à distance des ruches. Ses capteurs suivent l’activité des ruches et de leur environnement. De quoi permettre aux apiculteurs d’améliorer leur production d’environ 30% tout en optimisant leurs déplacements, de mieux comprendre les besoins des abeilles et d’évaluer la qualité de la pollinisation. Alors que les abeilles sont menacées de disparition, Siconsult recense les bonnes pratiques agricoles et encourage les démarches de biodiversité.

Dans la catégorie Industrie, la startup Naïo Technologies, dirigée par les deux amis Aymeric Barthès et Gaëtan Severac, défendra à Paris ses robots automatisés d’assistance au désherbage. Pour aider les agriculteurs à maximiser leur production, l’entreprise a créé quatre robots : deux pour le maraîchage (industriel et des petites exploitations), deux pour la viticulture (pour des inter-rangs serrés et larges). Créée en 2011, la startup voit sa croissance doubler tous les ans depuis 2014 et est actuellement le leader de son marché.

Dans la catégorie Médias & Culture, l’énergie et l’ambition de Claire Pélier, 32 ans, directrice de Toulouse Manga et de l’Ecole international du manga et de l’animation (EIMA), a bluffé le jury. Passionnée par le manga japonais, cette ancienne professeur d’arts plastiques a tout plaqué pour monter sa société Toulouse Manga, qui propose à 250 élèves de tous les âges de maîtriser les codes d’écriture très spécifiques du manga, qui diffèrent de la tradition franco-belge dans la BD. Devant le succès, elle a lancé en septembre dernier sa propre école, la première en France entièrement dédiée à l’art du manga, pour former les passionnés à créer la filière française du manga et exporter ce savoir-faire partout dans le monde. Les 30 élèves de sa première promotion viennent de partout en France, en Europe et dans le monde. Claire Pélier ambitionne de faire de Toulouse la capitale française du manga.

La catégorie Nouveaux Services, particulièrement disputée, a finalement couronné l’entrepreneur Arthur Dupuy, 30 ans. Ce passionné de luxe et de marketing a co-créé une startup qui porte son nom dans le créneau très particulier du marketing olfactif, c’est-à-dire la traduction d’une marque ou d’un logo en langage olfactif pour déclencher l’acte d’achat. La startup s’appuie sur une équipe de R&D qui créé les fragrances sur-mesure pour ses clients.

Dans la catégorie Santé, Benjamin Moreno, 34 ans, a été récompensé pour son innovation avec la startup Anatomik Modeling. L’entreprise conçoit et développe grâce aux technologies 3D (traitement 3D de données médicales, impression 3D, simulation, calcul haute performance) des implants sur-mesure pour la chirurgie réparatrice, maxillo-faciale et la pneumologie. De quoi permettre au personnel médical de réduire les temps d’intervention et au patient d’éviter de nombreuses complications opératoires.

Enfin, dans la catégorie Start, dans laquelle concourent des startups de moins d’un an d’existence, le jury a récompensé l’innovation sociale de la startup Unity Cube, représentée par deux de ses cofondateurs, Mathilde Miqueu, 23 ans, et Jaufret Barrot, 22 ans. Cette pépite toulousaine propose une solution innovante d’hébergement d’urgence, des « cubes » à insérer dans les immeubles de bureaux inoccupés. Il s’agit de modules habitables, réalisés à partir de petites palettes démontables, qui s’installent vite, sont directement raccordés au réseau d’eau et d’électricité existant dans les immeubles, et offrent rapidement un toit à des familles à moindre coût (35 euros par tête contre 50 euros pour une nuit d’hôtel), tout en permettant l’accompagnement social. La Ville de Toulouse a lancé une expérience pilote et la startup travaille avec le Ministère du Logement. De leur côté, les propriétaires des locaux vides reçoivent un loyer.

Les six lauréats de la région Centre-Sud se retrouveront désormais à Paris le 7 mars, pour la grande finale. Chacun dans leur catégorie, ils feront face aux gagnants des autres régions (Nantes, Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux et Paris). Les lauréats nationaux seront révélés lors d’une cérémonie au Grand Rex, toujours dans la capitale, le 28 mars.

 

Article complet